À la demande d’un client qui ne trouvait personne pour réparer son moyeu à 11 vitesses Shimano Alfine, j’ai pris la décision de me lancer dans l’aventure. Il faut juste rappeler que j’ai un CFC de mécanicien voiture et que même s’il date j’ai une très longue expérience en mécanique derrière moi. Démonter un moyeu Alfine de vélo ne doit pas être plus compliqué qu’une boîte à vitesses de voiture, et ce fût le cas, même si cette pièce est d’une grande complexité, il n’en est pas moins que Shimano a fait un excellent travail d’intégration et de bon sens, le démontage n’a pas été trop compliqué, il ne faut juste pas s’emmêler les pinceaux et travailler au calme. Le plus dur a été de trouver la pièce cassée, dans ce cas, c’était un cliquet, malheureusement il n’est pas possible de l’obtenir et il m’a fallu changé l’intégralité de l’axe. Dommage, le cliquet ne devant pas coûter plus de 5.-

Démontage et réparation du moyeu Alfine 11

Il aurait été possible de remplacer le moyeu complet par un neuf, cela à un coût élevé sachant que la pièce, elle-même coûte relativement cher et qu’il faut rayonner la roue en même temps.

Comme tous les moyeux à vitesses intégrées il faut commencer par sortir le bloc interne du moyeu comprenant les engrenages, roulements, etc…

Vient ensuite la phase délicate du démontage des éléments pour trouver la panne à proprement parler. Avant d’avancer plus loin il m’a fallu chercher la pièce pour être sur de pouvoir effectuer la réparation.

Finalement, j’ai réussi à trouver la pièce sur Internet mais, malheureusement, il m’a fallu commandé tout l’axe et non pas juste le petit élément qui était cassé. Shimano a une excellente base de données sur son site et cela m’a permis d’obtenir la référence de l’axe pour le trouver sur la toile.

Étant en possession de la pièce de rechange,  j’ai pu démonter l’ancien axe pour le remplacer par le nouveau, toutes les pièces ont été soigneusement nettoyées avant le remontage.

Le remontage est délicat, mais s’est fait sans peine, j’avais pris soin de ne pas mélanger les éléments entre eux et les avais déposer dans l’ordre pour faciliter le remontage.

Après le remontage du moyeu, j’ai remis de l’huile comme préconisée par le constructeur et la roue à put être remontée sur le vélo.
Un petit tour d’essai pour être bien sûre que tout fonctionne bien et le client à put récupérer son vélo avec un grand sourire.

La facture pour cette réparation a été divisée par trois et le travail est garantie par l’atelier en cas de panne.

La morale de cette petite histoire montre qu’il est possible de vendre une pièce neuve pour se simplifier la vie, mais c’est sans regarder sur les déchets produits qui mènent chaque jour notre société à un gaspillage et une catastrophe écologique touchant notre environnement.